Portrait Flassannais : Yvon Chambaud

Président comblé de la Compagnie théâtrale amateur « Arts Monise », Yvon Chambaud fait indéniablement partie du paysage associatif flassannais. Rencontre avec un homme qui a toujours le sourire aux lèvres. Morceaux choisis.

Yvon, pouvez-vous présenter à ceux qui ne vous connaissent pas encore ?

Je suis né il y a 62 ans à Romans (26). J’y suis resté jusqu’à l’aube de mes 13 ans et j’ai déménagé dans le Haut Jura dans un petit village de 450 âmes jusque dans les années 1982. J’ai fait des études de comptabilité. J’ai été tour à tour assistant comptable, puis ayant la bougeotte, contrôleur de cuves de gaz sur une bonne moitié de la France. Une place de livreur dans un négoce de vins à Grimaud s’est libérée et je suis descendu. Marié en 1984, avec mon épouse nous avons géré ce négoce de vins mais au Cannet des Maures cette fois-ci. Puis nos 2 enfants sont arrivés, une fille et un garçon. Et enfin j’ai terminé ma carrière dans la comptabilité.

Flassans est votre terre d’adoption, d’où venez-vous ?

Désirant construire, nous sommes mis à la recherche d’un terrain dans le centre Var. C’est comme cela que nous sommes arrivés à Flassans en 1998 et nous sommes tombés amoureux de ce village. Cela me rappelais aussi ma jeunesse car je faisais partie d’une fanfare et nous allions de village en village jouer. Quelle ambiance. Nous avons donc construit notre maison et nous sommes devenus Flassannais définitivement en juillet 1999. Nos enfants y ont fait leurs rentrées scolaires. Notre fille a connu Simone Brissi qui dispensait la langue Provençale, puis est allé rejoindre l’association AFPP section langue Provençale, puis la danse folklorique. Notre fils fut happé par Hélène Icard et s’est mis à la danse, puis avec moi au théâtre, au chant et au piano. Il est donc monté sur les planches comme toute la famille d’ailleurs. C’est comme cela que nous sommes intégrés dans ce beau village. Je suis actif, le plus possible, au Comité des Fêtes. Avec Jean et Hélène Icard nous avons créé l’association « Flassans Autrement » sur la mémoire de notre village.

Le théâtre, une évidence depuis longtemps ?

La première fois que je suis monté sur les planches pour une pièce de théâtre j’avais 16 ans environ. Je jouais le rôle d’un huissier de justice. J’avais apprécié cette expérience mais les aléas de la vie on fait que je n’ai pas continué. Mon épouse, musicienne dans l’âme, guitariste, 1er prix de guitare du conservatoire de Besançon (capitale du concours international des jeunes chefs d’orchestre), piano et orgues, a intégré la Chorale Eclats de voix de Brignoles en arrivant à Flassans. En 2006, trouvant que je devais faire quelque chose, trouver un dérivatif, elle me demanda d’aller voir le groupe de théâtre. Et c’est comme ça que je suis arrivé chez Arts Monise (ex théâtre de Simone). Par ailleurs dans Arts Monise il y a Monise qui est l’anagramme de Simone. J’ai attrapé le virus. Depuis ma jeunesse j’ai toujours apprécié le théâtre mais comme spectateur. Jamais je n’aurais pensé monter sur scène. A mon entrée je me suis occupé de la section ados, puis en 2011 j’ai pris la présidence et je me suis occupé de la mise en scène. Nous avons commencé avec une cinquantaine de spectateur et, maintenant, nous avons rempli largement plus d’une fois la salle Gavoty. Nous avons choisi de faire que du comique d’où notre devise « Laissez vos soucis à la porte et venez rire avec nous ».

Votre compagnie brasse tous les âges : est-elle en ce sens, un vecteur de lien social ?

Pour moi oui. Tout le monde a le droit de s’épanouir quel que soit l’âge. En ce qui nous concerne nous commençons à partir de 15 ans. Et cette saison j’ai intégré les ados avec les adultes et tout le monde s’éclate… tout en travaillant. La mixité de l’âge fait que chacun apporte quelque chose à l’autre. L’âge n’est pas un tabou. Notre troupe est très solidaire. De toute façon pour qu’une troupe tienne la cohésion est nécessaire ainsi qu’un bon esprit d’équipe. Et cela nous l’avons.

Que vous inspire le village ?

Le bien-être. Oui je me sens bien. Oui « je » car mon épouse, décédée en 2014, est une immense perte que rien ne pourra combler, elle était ma deuxième tête. Je pense que nous nous sommes bien intégrés au village. Nous sommes allés au-devant des Flassannais, nous sommes allés à leur rencontre. Lors de son décès j’ai été très soutenu. J’aime ce village, j’aime son ambiance, son atmosphère, ses fêtes et l’esprit de la plupart de ses habitants qui se rendent compte de la chance que nous avons d’habiter ici.

J’ai eu l’opportunité, grâce à Jean Icard, de mettre une pierre à l’édifice comme d’avoir pu participer à la création du livre sur une partie de l’histoire du village.

Votre principal défaut ? Principale qualité ?

Je suis un éternel anxieux et cela me joue des tours. Ma principale qualité serait le respect de l’autre, la fidélité, la loyauté.

PS : Le théâtre cherche des hommes !

Prochainement

Flassans Info

Retrouvez tous les numéros des bulletins municipaux de la commune

Consulter les bulletins

Plan de la ville

Le plan complet de Flassans, avec ses points d’intérêts, les voies publiques et les informations utiles

Télécharger le plan