Établissements Junqué : la passion du liège

Fer de lance et derniers irréductibles face à la concurrence des pays de la péninsule ibérique, les Établissements Junque sont spécialisés dans l'activité de valorisation du liège. A l'abri des murs du Château Payan, Maurice, Maryse et Matthias Gonzalez, le petit-fils, font perdurer une activité qui a, autrefois, animé la suberaie du Massif des Maures. Rencontre avec des passionnés passionnants ! 

Il est de ces productions que l’on aurait pu penser perdues à jamais : le liège a en effet connu une chute historique et presque fatidique de son activité dans les années 1990. En quelques années, sous l’effet de la concurrence internationale et notamment celle du Portugal, la suberaie des Maures a retrouvé un calme traduisant l’arrêt presque total de la production de liège en Provence. Il s’en est fallu de peu pour que toute forme de production s’arrête définitivement. C’était sans compter sur la famille Junqué qui travaille le liège sous toutes ses formes depuis 4 générations. Maurice Junqué, ancien dirigeant d’une des dernières bouchonneries varoises à Gonfaron jusqu’à la fin des années 1980, a su résister à la crise, et n’a jamais lâché le secteur.

 

 

Désormais, avec son petit fils et de très rares initiés, il lève environ 120 tonnes de liège/an et commercialise des plaques d’isolant, des couasses, des pots, du granulé, ou encore des bouchons croûtes ou ventres, entre autres produits issus du liège varois.

Et l’on apprend, découvre, s’enrichit au contact de celui qui transmettra le flambeau à la jeune génération, en la personne de Matthias Gonzalez, le petit-fils. Maurice Junqué compte parmi ses clients des professionnels du bâtiment, des particuliers, des potiers ou encore des fleuristes, professions pour lesquels l’usage du liège se révèle précieux. Les anecdotes sont évoquées avec une forme de nostalgie, et la parole reste confiante.

 

« Nous y revenons au liège, c’est de nouveau à la mode » lâche presque content et d’une voix amusée, le patron des Établissements Junqué.

 

L’image d’Épinal consacre le liège en un bouchon, permettant de fermer une bouteille de vin. Il n’en est rien pour les établissements Junqué, qui ne produisent aucun bouchon de vin. Parmi les formes de production en liège, retrouvons pêle-mêle les bouchons décoratifs, de pêche, les granulés, les couasses, les bouchons pour poterie ou encore les cache-pots. Sont également produites de nombreuses plaques d’isolation qui permettent à cette matière première qui se récolte en moyenne tous les 10 à 15 ans, de perdurer dans le temps.

Face à l’accélération technologique des 30 dernières années, Maurice et Maryse Junqué ont su résister : aucune machine n’est entièrement automatique et un contrôle humain est toujours nécessaire. Le liège, s’il n’a pas évolué dans sa nature même, a su conquérir des marchés qui lui étaient jusqu’alors fermés ou inenvisageables. C’est ainsi que sous forme de plaques ou de pelés à disperser, le liège a su démontrer ses capacités isolantes et durables dans le temps. Couplées à un effet de mode consistant à privilégier le retour à des productions locales à micro-locales, les caractéristiques du liège lui permettent de faire plus que résister et lui offriraient presque de belles perspectives devant lui…

 

En savoir + ? ► https://www.liege-junque.com/

https://www.facebook.com/JunqueLieges

 

 

Prochainement

Flassans Info

Retrouvez tous les numéros des bulletins municipaux de la commune

Consulter les bulletins

Plan de la ville

Le plan complet de Flassans, avec ses points d’intérêts, les voies publiques et les informations utiles

Télécharger le plan