Concert Gospel : église comble !

Samedi 14 décembre, le service culturel recevait le choeur Gospel Var, dirigé par Christiane Vincent pour un concert en l'église N-D de l'Assomption. 

Il était donc question de Gospel et d'esprit de Noël au sein de l'église qui vient de retrouver la sonorité de ses cloches. Pas moins de 200 personnes ont pris part à ce moment culturel exceptionnel : l'acoustique de l'église, la qualité des interprètes et le répertoire joué ont permis de réunir toutes les conditions pour passer un excellent moment. 

Notre portfolio : 

Le Gospel, c'est aujourd’hui devenu un style musical profane qui réunit des millions de spectateurs dans le monde. 

Le Gospel a connu une certaine évolution depuis son apparition au XVIIème siècle. Il a notamment été fortement influencé par le Jazz et possède des racines Soul. On peut d’ailleurs distinguer plusieurs types de Gospel et le diviser en 4 grandes familles :

  • Le Negro Spiritual, issu de l’expérience des esclaves. Il a été transmis de manière anonyme et orale.
  • Le Gospel traditionnel : initialement interprété dans les églises évangéliques des Etats-Unis par un chœur qui peut avoir un ou plusieurs solistes. Il est caractérisé par un rythme énergique comme la célèbre « Oh Happy Day », chantée en tout fin de représentation dans l'église.
  • Le Southern Gospel : Né dans le sud-est des Etats-Unis comme son nom l’indique, il est apparu à la fin du XIXème siècle. Les groupes de Southern Gospel étaient généralement des quartettes composés de deux ténors, un baryton et une basse. Ces chants évoquaient les problèmes de la vie quotidienne et de la réponse du Seigneur pour nous aider à les affronter. On retiendra comme groupes de Southern Gospel emblématiques Statesmen Quartet des années 1950 et The Statler Brothers, un groupe populaire aux influences country.

  • Le Black Gospel et Gospel Contemporain : dans les années 60, le Gospel sort des églises. Le phonographe lui permet notamment d’être diffusé à échelle internationale. À cette époque, de nombreux artistes Gospel veulent profiter de ce regain commercial et teintent leur Gospel de « musiques profanes » comme le Rock, le Jazz ou le Funk pour atteindre un public plus large.