Les cloches sonnent de nouveau au village !

De nombreux Flassanais s’inquiétaient de ne plus entendre le tintement des cloches de l’église lors des cérémonies religieuses. L’arrêt des sonneries relevait d'une mesure de sauvegarde résultant d’un rapport de visite technique en date du 2 février 2018 indiquant :

  • Mise en volée dangereuse, risque de désolidarisation des poutres de la maçonnerie.
  • Les accès (échelles de meunier) en partie vermoulus.
  • Cloches et moutons oxydés, abats son et grillage anti volatile à restaurer.

Le dossier a été confié à Jean Morel, délégué aux travaux des bâtiments communaux. Un audit fut immédiatement demandé afin d’inventorier plus précisément les désordres et l’amélioration qui pourrait être apportée telle que l’électrification des sonneries.

Le 17/07/2018 audit et devis ont été remis aux service municipaux. Après étude des devis et négociation, le projet est proposé au conseil municipal pour un montant de 36000€ ttc, mis au budget 2019. Il sera voté à l’unanimité en mars de la même année.

Les travaux engagés sont confiés à l’entreprise BODET Campanaire. Ils nécessitent 2 mois de préparation en atelier avant que l'entreprise ne débute les travaux la dernière semaine de septembre.

DSC_0370  DSC_0371

DSC_0372     DSC_0375        DSC_0376

Conception du clocher : d’une hauteur de 19 m, constitué de 5 niveaux, il est desservi pour le 1er niveau par un escalier de pierre en colimaçon, les 4 autres niveaux par des échelles de meunier en bois. À chaque niveau les murs diminuent en épaisseur. L'acheminement des pièces de bois s'effectuera donc par voie aérienne, après démontage d'un des abats son. 

La chambre des cloches : elle possède 3 cloches accrochées sur de simples poutres et scellées dans les murs les plus minces de l’édifice qui sont affaiblis par l’ouverture des abats son.    

  DSC_0379   DSC_0380    

DSC_0382

1ère cloche : prénommée Maria, elle pèse 400 kg.
2ème cloche : prénommée  Joséphine, Fernande, Geneviève, elle pèse 200 kg.
3ème cloche : offerte par Camille Louis Paul ROUSSE, chirurgien de marine, elle pèse 27 kg.


Un peu d’histoire : Le 27 juin 1852, le Conseil Municipal décide la construction d’une nouvelle église en pierres de taille. La réalisation est confiée à Auguste AMIC, entrepreneur à Carcès. Le début du projet est financé par Jean BREMOND, Notaire à Carcès. Dés le commencement du chantier les problèmes surgissent : le terrain est un ancien cimetière, il faut faire une nouvelle nécropole pour transférer les sépultures qui sont mises à jour. Le terrain s'avérant instable, il nécessite l'implantation de micros pieux de chêne vert pour appuyer les fondations. Ces travaux non prévus grèvent le budget initialement prévu et qui s’élevait à 60000 francs or.

Le notaire s’en inquiète et coupe le financement, puis surviennent quelques démêlées entre l’entrepreneur et l’architecte : la construction s’arrête. A la reprise de la construction, les travaux seront confiés à un autre entrepreneur. Pour des raisons de budget, l’église sera finalement construite en moellons.

En 1863 le Conseil Municipal inscrira au budget la somme de 34167 francs or. C’est le 26 janvier 1873 que la Municipalité réceptionnera définitivement les travaux. Avec l’achat du terrain et les imprévus, le coût total du projet sera de 139778 francs or. L’argent manquera pour l’édification du clocher: il sera construit un peu plus tard avec des moyens restreints, ce qui explique son aménagement sommaire.

Création d’un beffroi (de nos jours) : il est constitué d'une armature de forme trapézoïdale, composée de poutres en chêne chevillées et boulonnées, posée sur les murs inférieurs, il supporte les 3 cloches. Les accès sont désormais refaits en échelle de titanium, les cloches, moutons, grillage anti volatile et abats son sont restaurés. L’activation des cloches sera commandée électriquement.

DSC_0385


Les Flassannais retrouvent début octobre, le son des cloches qui marquent les moments de joie et de bonheur, parfois de tristesse, mais c’est l’âme du village qui renaît.

La dernière occasion de faire sonner les anciennes cloches fut les obsèques de M. Jean Icard, gardien de la mémoire du village, le mercredi 25 septembre 2019. Cette dernière activation fut manuelle, et permise par l'entreprise BODET Campanaire. 

Portfolio complet

 

Media