Recherche dans l'agenda

Samedi 26 septembre à 21h00 à N-D des Salles, projection du film "Poissonsexe"

Date de sortie : 02/09/2020

Réalisateurs : Olivier Babinet

Acteurs : Gustave Kervern, India Hair, Ellen Dorrit Petersen, Sofian Khammes, Jean-Benoît Ugeux

Genre : Comédie

Durée : 1h29

Langue : VF

Synopsis: Alors que Miranda, la dernière baleine au monde, fait la une des journaux, Daniel, physicien obstiné, tente de redonner aux poissons l’envie de copuler. Célibataire désabusé, il est lui-même hanté par le désir d’être père et compte bien traiter ce problème scientifiquement.

Plus d'infos sur Poissonsexe

Naissance du projet
Olivier Babinet a commencé à travailler sur Poissonsexe en 2013, avant le documentaire Swagger. Le réalisateur avait envie d’écrire une comédie romantique. En faisant la liste des films récents qu'il avait préférés, il a constaté qu'il s'agissait de comédies romantiques un peu décalées comme Punch drunk love,ou Moi, toi et tous les autres. Il confie : "Ou même une comédie romantique dramatique comme Ghost World de Terry Zwigoff. Un beau matin de printemps, j’ai donc décidé de faire confiance à mon désir secret : écrire une histoire d’amour."
La recherche autour des poissons...
L'idée de la recherche scientifique autour des poissons est venue à Olivier Babinet par rapport à Le Bidule, une série qu'il a coécrite et réalisée pour Canal+. Il s'agit d'un programme d’anticipation qui parlait de choses graves et réalistes avec un ton loufoque. Le metteur en scène précise :

"Quand j’ai commencé à écrire Poissonsexe, je voulais moi-même avoir un troisième enfant. Comment concilier ce désir avec l’état du monde, les nouvelles effrayantes de la planète qui nous bombardent sans cesse ? Je n’avais plus 25 ans, les gens autour de moi avaient du mal à avoir des enfants, ils étaient un peu trop vieux, faisaient des fécondations in vitro, ils galéraient."

"Je me renseigne sur la qualité du sperme, je découvre qu’il a baissé de 40% en dix ans à Paris, puis de fil en aiguille je m’intéresse aux rejets médicamenteux dans l’eau, à leurs effets sur les poissons. Je tombe sur une vidéo de poisson-robot. Je m’interroge : qui sont ces gens qui pilotent ces poissons ? Partir d’un métier pour construire un personnage m’intéressait."
L'aide d'un scientifique
Olivier Babinet a un ami physicien, Georges Debrégeas, qui est directeur de recherches au CNRS. Lorsque le cinéaste écrivait Poissonsexe, le scientifique s’est mis à travailler sur l’activité cérébrale des poissons-zèbres ! Les deux hommes ont donc pu échanger sur le côté scientifique du film. Olivier Babinet se rappelle : 

"Elle se produit quand ils dorment. Peut-être rêvent-ils, c’est la théorie de Georges... Je trouvais ces images cérébrales très belles, je voulais qu’elles soient dans le film. Georges et moi avons beaucoup échangé. Et le métier de Daniel, mon personnage principal, est devenu celui de Georges. Daniel étudie l’activité cérébrale des poissons-zèbres comme Georges. Mais Daniel tente de leur redonner du désir en analysant l’effet d’injections d’hormones sur leur cerveau. Alors que, pour Georges, ce n’est pas une option plausible que les poissons cessent de se reproduire."
Le personnage principal
Le personnage de Daniel, joué par Gustave Kervern, est à la base du film : il s'agit d'un type qui ne s’est jamais remis de s’être fait quitter par sa femme, laquelle a préféré avoir des enfants avec son chef de labo, un Américain charismatique chouchou des médias.

"Mais Daniel a toujours un puissant désir d’être père. Au point même de déjà décorer la chambre de cet enfant qu’il n’a pas encore ! Gustave Kervern ressemblait physiquement au personnage. J’avais une image de référence, qui d’ailleurs ressemblait aussi au patron de Georges : le réalisateur Peter Jackson, en veste polaire, avec une grande barbe, en train d’en baver sur un tournage,au sommet d’une montagne escarpée en Nouvelle-Zélande", explique Olivier Babinet.
Une utopie menacée
Bellerose, la ville pastel où cohabitent un labo scientifique et un centre de robotique, a été pensé par Olivier Babinet comme une métaphore du monde : les gens ont tout pour être heureux mais une catastrophe s'approche :

"Comme si la déprime de Daniel avait contaminé Bellerose et le monde entier. Avec mon décorateur, Pierre Pell, on avait dessiné la carte de Bellerose il y a des années déjà, avec les différents lieux du film. Cela nous permettait de représenter ce monde et de commencer à l’imaginer, avec ses habitants. Puis, au moment du tournage, j’ai délibérément mélangé deux régions, le Cotentin et les Landes, pour créer cet endroit familier qui n’existe pas, dans cette époque incertaine. Futur ou présent parallèle ?"
Sofian Khammes et Alexis Manenti
A noter la présence au casting de Sofian Khammes et Alexis Manenti, qui ont tous les deux été révélés par un film sur la délinquance. Le premier joue le personnage principal de Chouf et le second est l'un des trois policiers des Misérables.
Un chef opérateur attitré
Pour PoissonsexeOlivier Babinet a à nouveau fait équipe avec son directeur de la photographie attitré depuis Robert Mitchum est mort (2010) : Timo Salminen"Dans Poissonsexe, je lui ai demandé de faire quelque chose de très contemporain, en bannissant les ombres marquées, cette nostalgie pour les années cinquante ou soixante que j’aime tant dans son travail. Mais là, il s’agissait du futur. Mais bon, la réalité c’est que nous avons dû nous adapter aux conditions économiques du film qui nous ont interdit pas mal des mouvements de caméra ou de grue que nous voulions faire. Et le premier jour de tournage, notre voiture travelling, une Méhari loué à un retraité du village voisin, est tombée en panne. Ce sont là les aléas des films de science fiction français", se souvient le réalisateur.
Côté BO
Côté bande-originale, Olivier Babinet retrouve le compositeur de son précédent film SwaggerJean-Benoît Dunckel. Pour Poissonsexe, il était parti sur des choses très électroniques, très "science-fiction", mais il manquait, selon le cinéaste, des sons illustrant la nostalgie de Daniel et son regret de la Californie. Il raconte :

"Je lui ai fait écouter Nick Drake, que Jean-Benoît connaissait bien : le côté folk, nostalgique. Du coup, la guitare sèche et les cordes se sont posées sur les arrangements électroniques.Il y a aussi dans la B.O. du film, une chanson de Phil Carmen, On my way in L.A. Je voulais que Daniel écoute du rock californien FM un peu naze puisque il a vécu à San-Francisco et qu’il n’est pas un type très à la page. Mes disquaires d’Exodisc m’ont proposé des vinyls, dont ce titre qui finalement n’est pas si mal. C’est le passé de Daniel qui le hante et transforme Bellerose en un petit coin de Californie !"
 

Détails de l'événement

  • Organisateur: Ciné bleu
  • Personne à contacter: Alain Foresto
  • Téléphone: 07 78 54 78 93
  • Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.²
  • Date: 26 septembre 2020
  • Horaire: 21h00
  • Lieu de la manifestation: N-D des Salles

Prochainement

Flassans Info

Retrouvez tous les numéros des bulletins municipaux de la commune

Consulter les bulletins

Plan de la ville

Le plan complet de Flassans, avec ses points d’intérêts, les voies publiques et les informations utiles

Télécharger le plan