Histoire et origine de Flassans

Avec ses ponts, ses chapelles, son chemin de croix, ses ruines du Château de Pontevès, son oppidum, Flassans sur Issole est un paisible village de Provence, situé sur l’antique Voie Aurélienne, empruntée par les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle.

Initialement implanté sur la colline qui domine la vallée de l'Issole, à une altitude de 323m, le "Vieux Flassans" a été déserté en totalité au 18ème siècle. À cette époque, l'actuel village était divisé en deux quartiers de part et d'autre de la rivière:

  • à l'ouest, le quartier haut était compris entre la Place Pasteur, et les rues Source Saint-Michel et du Colombier. Ce quartier s'articulait autour d'une église, aujourd'hui disparue.
  • à l'est, les rues des Boyers, du Four et de l'Eglise formaient le quartier bas.

Ces deux entités étaient totalement indépendantes. Chacune possédait son église et sa mairie. L'église de la partie haute du village fut détruite lors de la création de la "route Royale" et remplacée par l'actuelle horloge.

La liaison entre ces deux quartiers a été réalisée peu après la construction du Pont Neuf par l'Empereur Napoléon I, pont qu'il fit bâtir en prévision de sa campagne d'Italie pour faire traverser ses armées.Quant à son artère principale, l'actuelle avenue Général de Gaulle, elle n’est autre que l’ancienne « Grande Route Royale de Paris à Antibes » qui devint ensuite la route nationale N95 puis N7.


De l'origine à la fin de l'empire romain

Origine

Le paisible village de Flassans sur Issole, situé au cœur du Centre-Var entre le massif de la Sainte-Baume et le massif des Maures, fut appelé « FLATUS SANUS » (air sain) par des familles ligures lors de la conquête de la Gaulle. Au Moyen-âge, il devint « FLACIANIS ».

Nommé différemment au cours des siècles, c'est en 1922 qu'il devint Flassans sur Issole pour éviter toute confusion avec le village de « Flassan » dans le Vaucluse.De par son passé, Flassans sur Issole est riche de plusieurs sites historiques datant des différentes époques. Ainsi, les nombreuses fouilles ont mis à jour les preuves d'une occupation humaine très ancienne en divers endroits du territoire, et ce, depuis les temps préhistoriques : des silex datant de l'âge du bronze recueillis sur les berges de l'Issole, un oppidum avec céramiques et des vestiges de cabanes sur la colline de Maunier, des villas gallo-romaines à la Grande-Bastide, au Coudonnier, à Saint-Baillon, à Saint-André, à la Seigneurie, au Petit Campdumy, des sépultures à tegulae, des pièces de pressoir à huile, des urnes cinéraires, ... en différents sites.

Il semble indubitable, d'autre part, que les domaines actuels de Pique-Roque, de Saint-Martin, de l'Aubréguière, de Rouvède, de Campagne-Neuve et autres, ont succédé aux fundi (domaine agricole de l'époque gallo-romaine, rassemblé autour d'une « villa ») des temps gallo-romains et mérovingiens avec leurs bonnes terres et leurs sources abondantes.

Au cours du Moyen-âge, à la suite des troubles et des incursions barbares ayant apporté l'insécurité, des sites fortifiés s'établiront sur des hauteurs choisies et offriront leur refuge, quand les habitants de la plaine et des fermes alentour en sentiront le besoin. C'est ce qui s'est passé pour Flassans sur le site nommé aujourd'hui « Vieux Flassans » ou « Ville ». 

Du haut Moyen-Âge jusqu'à la Révolution

Le haut Moyen-Âge

À partir du IXe ou Xe siècle, la Provence a subi de grandes misères, de nombreux ravages et pillages. Sous Hugues d'Arles, un poste de guet fut élevé sur l'emplacement d'un oppidum celto-ligure au Xe siècle pour prévenir des incursions sarrasines, qui venaient du côté du massif des Maures où ils s'étaient installés. Puis, le premier château Flassannais fut construit progressivement.

C'est certainement après cette période que les habitants de « Flacianis » se sont regroupés autour de la forteresse féodale, lieu aujourd'hui partiellement en ruine (restauration en cours), appelé « Vieux Flassans ». 

Du XIVe siècle au XIXème siècle

En 1399, le château devint la propriété de la famille de Pontevès. À partir du XIIIe siècle, les Pontevès firent agrandir le château qui devint sous Jean de Pontevès, conseiller du roi et grand sénéchal de Provence, le quartier général des catholiques provençaux avant que les protestants s'en emparent et le démantèlent. Jean de Pontevès fut également capitaine général des galères, et contribua à l'expansion du village en faisant planter du chanvre sur toutes les terres irrigables par l'Issole. Ce chanvre servait à la fabrication des cordages pour la flotte royale.

Les seigneurs du lieu vont vivre jusqu'en 1656 dans leurs propriétés de Cotignac et de Carcès. Le dernier, Jean II de Pontevès est né en 1590, et mort en Avignon en 1656. Il est enseveli à Carcès. Les successeurs (maison Simiane et Condé) feront construire dans le village du bas une grande bastide « le château ». Le vieux village (haute ville) va également être abandonné courant XVIIe siècle. Ses habitants emporteront avec eux tuiles, poutres, portes, etc, pour reconstruire dans la plaine.

Le nouveau village compte alors :

  • Les Boyers - quartier des charretiers avec une maison commune.
  • Le quartier de l'Église - avec une église romane, un hôpital, une maison commune, détruite en 1961 par la déviation de la RN 7.
  • Le quartier Saint-Michel - le plus grand, avec source, église, quatre fours à pain, une maison de quarantaine, une maison commune, une usine de bouchons et une de tissage.
  • La Seigneurie - Campdumy - un peu plus loin sur la route de Cabasse, gérée par les moines de Saint-Victor de Marseille et une maison commune.

Ces quatre maisons communes seront en 1870, regroupées en une seule Mairie : Place Pasteur. Jusqu'au début du XIXe siècle, il n'y avait sur le territoire de Flassans que deux ponts : celui de Campdumy et le pont vieux de Flassans village (XVIe siècle). La traversée de la rivière se faisait alors à gué. Il faudra attendre Napoléon, alors 1er consul, et sa campagne d'Italie (1794) pour que la décision de construction d'un nouveau pont soit décidée et finalement réalisée en 1835. Celui-ci déterminera l'extension de la partie agglomérée telle que nous la connaissons aujourd'hui.


Chronologie

Condensé chronologique des divers vestiges ou traces historiques venus enrichir le patrimoine Flassannais.

Néolithique
Le Coudonnier : traces d'occupation - détruit.

Chalcolithique
La Gravière : dolmen de Campdumy - conservé.

Préhistoire
Petit Campdumy : traces d'occupation - partiellement conservé.

Âge de Fer
Le Coudonnier : traces d'occupation - détruit.
La Gravière : traces d'occupation - partiellement conservé.
Maunier : Oppidum - partiellement conservé.

Gallo- romain
La Grande Bastide : pressoir - partiellement conservé.
La Gravière : habitat - enfoui.
Le Coudonnier : habitat + inhumation sous tuile - détruit (labours).
Champ romain : traces d'occupation - détruit (labours).
Saint Baillon : incinération en urne tuilerie et verrerie - partiellement conservé.
Saint-André : nécropole villa chapelle cippe inscription latine - partiellement conservé.
Peyrassol : habitat - partiellement conservé.
La Seigneurie : voie - traces d'occupation - meule - partiellement conservé.
Le Mauvais Plan : habitat rural huilerie - détruit (labours).
Logis familial Varois : inhumation sous tuiles - tombe sous lauze - construction. Indéterminé - enfoui nouvelle construction.
Le Lac : voie - partiellement conservée.
Les Ruines (Vaubereau) : habitat rural - détruit (labours).
Plan Peyrassou : habitat rural - détruit (labours).
Petit Campdumy : inscription latine inhumation - enfoui ; pont romain conservé et classé.
Saint Benoît : inhumation sous tuiles - tombes sous lauzes - villa - enfoui.

2ème moitié du 2è siècle après J.C
La Seigneurie La Grand Pièce : caniveau dépotoir habitat rural : partiellement conservé.

Moyen âge
Peyrasssol : commanderie chapelle - partiellement conservées.

XIIe siècle
Camdumy : église - partiellement conservée.

XIIIe siècle
Campdumy : village - partiellement conservé.
Vieux Flassans: Castrum - partiellement conservé.


Personnalités et dates importantes

Personnalités liées à la commune

- Marie de Bourbon, appelée Mademoiselle de Condé, avait hérité de sa grand-mère, la princesse de Rohan-Soubise, épouse en premières noces de Louis-Joseph de Bourbon, des biens situés en Provence, dont ceux de Flassans.

- Jean de Pontevès, Comte de Carcès (1512-1582 à Flassans). Généralissime des catholiques de Provence et Grand Sénéchal en 1572, ayant opéré essentiellement en Provence, lors des guerres de religion.

- Bernard Gavoty, né en 1908 à Paris, d'une famille originaire de Provence où son père, puis lui-même, possédait un domaine important « Campdumy » à Flassans sur Issole. Il fut organiste, critique musical et producteur d'émission de télévisions (Le monde de la musique, Anicroche, les grands mystères de la musique, ...). 

Quelques dates intéressantes

1604: Le roi Henri IV accorde le privilège aux Flassannais de tenir deux foires annuelles : le 12 mai pour la Saint-Achillée et le 20 août pour la Saint-Bernard, jour de la fête du Saint Patron du village

1905: Construction du foyer rural (actuelle mairie)

1907: Électrification du village

1912: Adduction d’eau

1912: Inauguration de la Cave Coopérative Vinicole

1920: Inauguration du Monument aux Morts

1944: Libération de Flassans le 17 août par la 3ème division d’infanterie américaine

1952: Travaux de déviation du lit de l’Issole afin de limiter les inondations dans les quartiers des Boyers et du Colombier

1961: Déviation de la RN7